Juristes démocrates de Suisse

Insister sur la force du droit

"Les Juristes Démocrates sont conscients de la double face du droit, car les relations entre droit et pouvoir restent ambivalentes. Au cours de moments lucides le droit restreint et dompte le pouvoir et contribue ainsi à la démocratisation globale de la société. Mais souvent il dissimule, légitime et cimente des rapports de force non ou pré-démocratiques. Pour cette raison les juristes démocrates s'engagent de manièr conséquente contre l'instrumentalisation du droit par le pouvoir; l'association lutte pour une démocratie vitale et non domestiquée. C'est pourquoi, dans le cadre des relations actuelles entre le pouvoir et le droit, il ne lui suffit pas d¹être placée à gauche sur l'échiquier politique. La tâche des JDS consiste bien plus à insister sur la force politique d'un droit admettant l'utopie et permettant l'émancipation."

Stephan Bernard, Avocat 

 


Les Juristes démocrates de Suisse fêtent leur 40ème anniversaire. C’est pourquoi nous proposons un choix de sujets qui nous préoccupent depuis quarante ans et qui nous préoccuperont à l’avenir aussi : les JDS organisent donc cinq soirées thématiques au cinéma de la Reitschule à Berne. Nous fêterons notre jubilée au cours du vernissage de notre publication. Nous nous réjouissons de vous recevoir.

Le Programme

Les recettes provenant de la série de films seront versées à Eren Keskin qui en tant qu’avocate lutte
depuis des décennies pour les droits humains et dont le portrait sera fait au cours du film d’ouverture « Hêvî ». Jusqu’à aujourd’hui elle a été condamnée à des amendes d’un montant de 456.000 lires, dont 108.000 ont force de chose jugée (voir TAZ:https://www.gazete.taz.de/article/?article=!5526646).


Die Kritischen Jurist*innen Bern Fribourg, ein Verband von Studierenden, von denen viele auch Mitglieder der DJS sind, haben ein Zine zum Gefängnissystem der Schweiz herausgegeben. Darin gehen sie auf die rechtlichen Rahmenbedingungen und die faktischen Umstände der verschiedenen Haftarten ein und legen damit sowohl für Jurist_innen als auch für andere Interessierte einen Grundstein für eine Debatte, die geführt werden muss.

Download: pdfDas Gefängnissystem in der Schweiz.pdf


Die DJS unterstützen das am 5. April 2018 lancierte Referendum gegen die in der Frühlingsession verabschiedete Gesetzesvorlage, welche die Observation von allen Bezüger_innen von Sozialversicherungsleistungen vorsieht. Dass Sozialversicherungen ihre Versicherten observieren, ist nichts Neues. Neu ist nur, dass für die bisher illegal durchgeführten Überwachungen eine gesetzliche Grundlage geschaffen wird, welche aber den grundrechtlichen Anforderungen keineswegs entspricht. Es verletzt die Kompetenzordnung und die Unschuldsvermutung und öffnet Machtmissbräuchen Tür und Tor. 

Medienmitteilung der DJS vom 12. März 2018

Unterschreiben Sie das Referendum hier: https://wecollect.ch/de/campaign/ueberwachung/


L’initiative populaire « Le droit suisse au lieu de juges étrangers » a été déposée le 12 août 2016. Intitulée « Initiative pour l’autodétermination » par ses auteurs, mais qualifiée d’initiative anti-droits humains (IAD) par Facteur de protection D met en péril non seulement l’Etat de droit mais aussi la CEDH. Il y a en outre lieu de craindre que son acceptation servirait à certains Etats européens de signal dévastateur pour affaiblir (encore) ou dédaigner les droits humains. L’initiative ne concerne dès lors pas que la Suisse.